Menu:

Focus

Cuvée Noir

Dornfelder Portugieser Regent

cuvee noir bout

Weingut Kreuzberg Dernau

 

Plus d'infos...

 

Liens:

arrow Liens utiles
arrow Télécharger

 

arrow Contact

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les images pour agrandir

 

 

 

 


 

Ahr - OenoRando - Généralités

« Gulliver in Rotwein-Lilliput » : la citation est de Stuart Pigott mais on ne peut s’empêcher d’approuver la justesse de ce qui n’est pas qu’un bon mot.
Un bon marcheur arriverait à parcourir la région d’ouest en est en une journée : 565 Ha de vignes accrochées à des coteaux à la pente parfois vertigineuse sur 30 kms de vallée entre Altenahr et Heimersheim. Une des petites régions viticoles d’Europe, une des plus « nordiste » également puisqu’elle se situe au niveau du 50ème parallèle nord, là où la vigne n’a que peu de chance de produire un raisin de qualité. Et pourtant…
Etonnamment, le rouge est prédominant et les vins de pinot noir (spätburgunder) prennent de plus en plus une stature qui les range parmi les plus séduisants et originaux de ce cépage.
Sans être chargée du romantisme vrai ou de pacotille que l’on peut rencontrer sur le Rhin tout proche, la vallée ne manque pas de pittoresque dans sa partie ouest jusque Walporzheim et Ahrweiler (dont le centre piétonnier veut conserver une certaine allure d’époque sans vraiment y arriver) et permet des coups d’œil saisissants pour ceux qui apprécient une nature restée en apparence relativement intacte, agricole ou forestière. En revanche, plus on rapproche de l’embouchure avec le Rhin, plus l’urbanisation prend de la place  et donne le curieux sentiment d’hésiter entre industrialisation et campagne agricole où les coteaux ont vue imprenable sur des zones bâties sans intérêt particulier. Cela dit, on peut encore trouver un charme bucolique par endroit, par exemple en rêvassant sous un chêne dans le Kapellenberg, dernier vignoble significatif vers l’est.

carte vdp

Si la rivière coule paisiblement de l’ouest vers l’est (pour se jeter dans le Rhin au sud de Remagen), ses méandres provoquent de fréquents changements d’orientation du flanc nord (rive gauche) de la vallée, orientation qui varie également au gré des nombreux vallons transversaux qui y creusent leur sillon. Le vignoble n’est donc pas aussi homogène que l’on pourrait le croire en matière d’exposition, même si les meilleures parcelles sont souvent orientées au sud. Il en va de même pour les sols où l’on rencontre schistes, grauwacke, loess et argiles fins en proportion variable selon la pente et les endroits. En général, on distinguera toutefois deux grandes catégories dans les vins : ceux issus de terrains très caillouteux à dominante schisteuse (Schieferboden) auxquels on pourrait associer les zones à dominante gréseuse (Grauwackeboden) et les autres, à dominante loess / argiles (Lösslehm) voire alluvionnaires en fond de vallée. Les premiers donnent des vins plus élégants, plus fins et subtils alors que les seconds produisent des crus plus amples. Dans la pratique, les lieux-dit délimités (Lagen) présentent rarement une homogénéité géologique parfaite, comme on le constatera au fil de la promenade.

ahr geo

ahr sol

Parfois, sur une même dénomination, on peut donc trouver tout et (presque) son contraire d’autant qu’une délimitation large des vignobles pourrait conduire aussi à une disparité de qualité. Le meilleur exemple de ce patchwork en est le cru (Lage) Mönchberg à Mayschoss : 60 ha implanté sur un cirque d’orientation est à ouest, traversé par une mini-vallée et des coteaux qui vont du légèrement pentu à la raideur extrême. On y trouve à peu près tous les types de sols de la région et partant, un encépagement des plus varié (voir carte géologique ci-dessous). En fait, c’est un faux problème puisque la plupart des producteurs réservent l’appellation à leurs crus les plus prestigieux où l’adéquation cépage / terroir est patente et le profil gustatif bien cerné. Pour l’entrée et le milieu de gamme inférieur, on en reste principalement au « vin de cépage » avec des origines qui peuvent être variées ou non selon les propriétés (assemblage de raisins provenant de différentes parcelles voire de différentes localités de la région). Différents paramètres peuvent alors entrer en ligne de compte (assemblage de terroir, accent sur l’âge des vignes, le rendement, longueur et type élevage, etc..) pour conférer au vin fini le profil souhaité par son géniteur. Le haut de gamme, mais aussi parfois le milieu de gamme supérieur, isole les différents crus ; chez les producteurs membres du VdP la mention « Grosses Gewächs » est de mise s’il échet mais seuls trois cépages y ont droit (spätburgunder, frühburgunder et riesling). Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le vignoble ne se cantonne pas à la rive gauche de l’Ahr et on trouve pas mal de parcelles, moins connues et parfois moins qualitatives sur la rive opposée. Si l’exposition est bonne, les raisins qui en sont issus peuvent même, le cas échéant, être intégrés dans des cuvées de référence en milieu de gamme.

mayschoss boden

Parcourir le vignoble à pied permet de mieux recadrer ce qu’il nous sera permis de déguster dans le verre. Parmi les constats effectués au gré de nos pas : même si elles sont plutôt minoritaires, toutes les parcelles ne sont pas en coteau et il est planté (rarement, il est vrai) sur des pentes débonnaires qui autorise(raie)nt une bonne mécanisation ; en revanche, certaines autres parcelles sont à ce point vertigineuses que l’on hésiterait à s’y aventurer sans s’encorder. Les plus connues se situent entre ces deux cas de figure mais avec une pente respectable. On observera également que la grosse majorité des vignes sont désherbées chimiquement sous le pied mais enherbées entre les rangs pour peu que les sols ne soient pas à ce point caillouteux que seuls les débris de roche affleurent.Toutefois, ces zones schisteuses ne sont pas si fréquentes et en tout cas beaucoup moins visibles qu’en Moselle.
Sur un autre plan, il faut saluer l’énorme travail didactique effectué sur place même si l’on pourrait regretter qu’il soit unilingue allemand (un exemple figure ci-dessus pour le terroir de Mayschoss). La mise en place du Rotweinwanderweg  (sentier du vin rouge) avec ses multiples panneaux explicatifs est une réussite qui devrait inspirer d’autres régions.
Ce sentier sera le fil rouge qui guidera d’ouest en est, au fil des localités et vignobles, la suite de nos impressions : photos (toutes personnelles avec une qualité moyenne pour laquelle j’espère quelque indulgence), dégustations (on en profitera pour insérer ici les CR des bouteilles dégustées également lors des sessions « pinot noir Europe »), données sur les lieux (Lagen) les plus importants (sources : www.ahrxwein.de ; www.ahrwein.de et sur papier l’excellent ouvrage collectif « Weinatlas Deutschland », la remarquable plaquette éditée par Ahrwein «Stein und Wein an der Ahr »  et les données du Deutsches Weininstitut). La plupart du temps, on se limitera au spätburgunder, pierre angulaire de la région.
Il faut comprendre cette contribution comme un simple témoignage, rien de plus rien de moins, de quelques périgrinations sur place avec le souci de les relier tant soit peu à quelques éléments plus factuels sur ce magnifique terroir et les vins de grands intérêt et plaisir qui y sont produits.

 

Lire la suite >